Je crois que le plus beau des cadeaux que l’on puisse faire à un enfant est de ne pas participer à la folie de Noël et des anniversaires où chacun se croit obligé de couvrir le bambin d’une montagne de jouets plus inutiles les uns que les autres.
J’ai beau prévenir la famille à l’avance, ma fille reçoit toujours un stock de cadeaux made in china qui sent bon le plastoc tout neuf.

Ma demande est simple: on ne veut pas participer à la surconsommation mondiale, à l’accumulation des déchets inutiles + émanation de leur traitement dans l’atmosphère, et on voudrait préserver la créativité naturelle de notre progéniture chérie… Du coup on demande soit:
– Rien,
– De l’occas’,
ou si vraiment ils veulent faire cramer la carte bleu, au moins du “local”.

“Mais on aime tellement lui faire plaisir” et/ou “On ne la voit pas souvent, alors…”. Eh bien si l’on veut VRAIMENT lui faire plaisir, faisons en sorte qu’elle bénéficie d’une eau potable et d’un air respirable à 18 ans, tiens, soyons fous!

Pour son précédent anniversaire les amis ont fait l’effort de dénicher le p’tit objet d’occas ou le jouet d’un grand frère. Chapeau bas!, on était touchés, contents.  Mais entre tous les tontons, tatas et compagnie, la pitchoune reçoit, malgré notre avis, une montagne de tristes bidules.

toys2

Voici l’édito de Biocontact déc 2012 qui développe bien l’histoire:

“Offrir des jouets aux enfants en cette période de Noël, un passage quasi obligé, même si un peu d’imagination peut nous permettre d’échapper à ce rituel consumériste.

Alors, quel jouet offrir ? Quels sont les critères à retenir ?

Avant toute chose, se demander s’il faut absolument “acheter” quelque chose. Le très jeune enfant aura autant, sinon plus, de plaisir à recevoir un petit objet, que vous aurez fabriqué avec amour et qui portera votre marque affective, qu’un machin plastique produit à échelle industrielle.

Pensez aussi aux vide-greniers ou aux bourses aux jouets. Une façon économique et écoresponsable de donner une deuxième vie à ces biens de consommation, non durables par définition.

Si vous êtes malgré tout dans une démarche d’achat (comme l’immense majorité d’entre nous), voici quelques questions de base à se poser :

– Ce jouet contient-ils des substances toxiques ? Le jeune enfant le portant à la bouche, la question est d’importance. Certains peuvent contenir des perturbateurs endocriniens (phtalates, bisphénol A), des hydrocarbures aromatiques, des colles cancérigènes, des parfums allergisants… Les normes, si elles évoluent, restent encore insuffisantes. Vigilance donc.

– Dans quelles conditions est-il fabriqué ? Il faut savoir que 80 % d’entre eux sont fabriqués en Chine, dans des conditions déplorables (bas salaires, horaires à rallonge, absence fréquente de contrats de travail, normes d’hygiène aléatoires). Achetez local (tant qu’il reste des fabricants !), voire artisanal.

toys

– Est-il durable ? autrement dit solide, réparable, recyclable ? Est-il non polluant (attention aux piles) ?

– Quels comportements encourage-t-il ? la violence ou la bienveillance ? la compétition ou la coopération ?

– Est-il éducatif ou simplement distrayant ? Stimule-t-il l’imagination et la prise d’initiative ou encourage-t-il la passivité ?

Un mot enfin sur les jeux vidéo (bien qu’ils ne soient pas véritablement des jouets). Ils proposent à l’enfant de se projeter dans un monde virtuel, précisément à l’âge où tout est à découvrir dans le monde réel, qu’il pourrait trouver bien fade en comparaison. Cependant, certains sont très bien conçus et stimulent la réflexion, le sens de l’observation et les réflexes. Et, ici aussi, des questions surgissent. Sont-ils socialisants ou au contraire isolent-ils l’enfant de son entourage et de son environnement ? Quelle est la “dose” acceptable de jeux virtuels ? Enfin, la plupart des composants électroniques, au cycle de vie très court, ne sont pas ou mal recyclés, contiennent des substances toxiques et sont fabriqués (à 99 %) en Asie, dans les conditions de production que l’on sait. Acheter un jouet, c’est très sérieux.”

Jean-Pierre Camo

On m’a même répondu une fois: “C’est bien au final çà donne du boulot aux petits chinois”

Y’a d’l’espoir dis donc…

Advertisements

2 responses »

  1. On a fait une liste pour la famille à Noël avec des instructions: Pas de jouets électroniques, privilégier les livres, jouets en bois locaux, jeux de société (carton). Avec une petite exception pour des jouets en plastique MAIS solides et fabriqués en Europe (playmobil) avec parcimonie. On a aussi récupéré le bateau pirate playmobil du papa, comme quoi, c’est du solide!
    Malheureusement, les grand parents ont toujours tendance à faire dans l’overdose…. c’est la génération des baby boomers et le message a encore un peu de mal à passer.

  2. Je suis tellement d’accord avec ton article.. Chaque année, entre les anniversaires et autres dates fatidiques, on croule sous les cadeaux. Comme on a une famille très nombreuse mais avec certains membres dont on est moins proches, difficile d’expliquer tout ça.. Du coup, on donne plus loin les deux tiers des jouets reçus..

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s