Category Archives: Uncategorized

Lettre d’un enfant de 3 ans à ses parents

Standard

Lettre dʼun enfant de 3 ans à ses parents
Issue du manuel pour parents montessoriens par Donna Bryant Goertz

Chers parents,
Je veux être comme vous, mais à ma manière. Je veux devenir comme vous, par mes propres efforts. Je veux vous regarder et vous imiter. Je veux travailler, faire beaucoup dʼefforts pour réussir quelque chose de difficile, quelque chose que je ne peux pas réussir immédiatement. Je veux que vous mʼouvriez la voie en me donnant le matériel qui me permettra de réussir une activité initialement difficile. Je veux que vous mʼobserviez pour savoir si jʼai besoin dʼun meilleur outil, dʼun
ustensile plus adapté à ma taille, dʼun marche-pied plus petit, plus stable, dʼune table plus basse, dʼune poubelle que je peux ouvrir seul, dʼune étagère basse, ou dʼune démonstration plus claire du processus. Je ne veux pas que vous fassiez à ma place, que vous me pressæiez, que vous vous sentiez désolés ou que vous me récompensiez.  Soyez seulement silencieux et montrez-moi comment faire, lentement, très lentement.
Je vais vous demander parfois de faire par moi-même un grand travail parce que je vous vois faire, mais ce nʼest pas ce qui me convient. Soyez fermes et montrez moi le chemin. Jʼai besoin que vous me donniez à faire seulement une partie de ce travail et que vous me laissiez le répéter encore et encore jusquʼà ce que je me perfectionne. Si vous découpez en petites parties une activité qui serait trop difficile pour moi, je pourrai y arriver grâce à mes efforts, grâce à beaucoup de répétition et après de longs moments de concentration.
Je veux penser comme vous, me comporter comme vous et avoir les mêmes valeurs. Je veux faire cela par mes propres moyens en vous imitant. Ralentissez quand vous parlez. Avec peu de mots, avec des mots justes. Ralentissez vos mouvements. Réalisez vos tâches plus lentement afin que je puisse absorber et imiter vos gestes.
Si vous avez confiance en moi et que vous me respectez en préparant lʼenvironnement pour moi, en me donnant plus de liberté, cela va me discipliner et je serai plus coopérant, plus souvent et plus rapidement. Plus vous vous disciplinez vous-mêmes plus je me disciplinerai moi-même. Plus vous obéissez aux lois de mon développement, plus je vous obéirai.
Nous avons de la chance car en moi je porte mon propre plan de développement, pour devenir comme vous. Je suis guidé par mon propre plan intérieur. Je suis
heureux et en sécurité quand je peux suivre ce plan. Si vous interférez avec ce plan et que vous essayez de me forcer à être comme vous (à votre propre manière, par vos propres efforts), je vais oublier de suivre mon plan de développement et je vais devoir lutter, me défendre de vous. Je vais entrer en guerre contre vous et contre tout ce que vous défendez. Cʼest ma nature. Cʼest ma manière de me protéger moi-même. Vous pouvez appeler cela lʼintégrité.
En fonction de ma personnalité je vais mener cette guerre ouvertement ou intérieurement. Je vais me battre de manière plus agressive ou plus passive. Beaucoup de mon incroyable énergie, de mon talent, de mon intelligence seront gâchés. Vous gagnerez probablement à la fin, mais alors je serai seulement une version faible, un pauvre substitut de ce que je pourrais devenir et de ce que vous espériez.
Sʼil vous plait, préparez mon environnement à la maison afin que je puisse faire mon travail. Je suis capable dʼexprimer très finement vos valeurs et reproduire vos
meilleures qualités, à ma manière. Si vous préparez mon environnement à la maison de manière réfléchie et attentive, que vous gardez mon matériel en ordre et
en bon état, que vous posez des limites claires et fermes, que vous me donnez du temps pour travailler, je mènerai ce travail dʼaccomplissement dʼun nouvel être
humain, MOI !

Trouvé sur l’excellent site NIDO MONTESSORI :
http://www.nido-montessori.fr/Attitude-de-l-adulte-suite
Texte en anglais ici : http://mariamontessori.com

Advertisements

Documentaires qui secouent

Standard

Voici 3 documentaires que j’ai eu plaisir à me prendre en pleine poire.

Ils sont discutables dans la forme quelquefois (surtout Zeitgeist) mais ils ont au moins le mérite de nous ouvrir à d’autres regards sur le monde.

DE LA SERVITUDE MODERNE

Ce film est très bien fait. Pendant tout le début j’ai juste pensé: “bon d’accord, on est au courant, et puis quoi de neuf?” puis je me suis pris en pleine poire la suite.

C’est rondement bien mené,  j’ai juste du mal avec la musique entêtante des fois, qui me fait me demander si l’auteur n’use pas justement des moyens abrutissants qu’il condamne dans son propos, pour nous amener à sa cause… Mais peu importe, rien n’est inventé, il dresse un tableau de la société actuelle, en tout cas de ses aspects majoritaires, avec un regard vraiment intéressant, je crois.

servitude

Cliquer sur l’image pour voir le film

BARAKA

Le monde dans toute sa beauté et sa laideur. Sans jugement, sans paroles, un pur moment.

baraka

Cliquez pour voir le film

ZEITGEIST

Encore une fois à prendre avec des pincettes, mais à voir.

zeitgeist

Cliquez sur l’image pour voir le film.

Culpabilité mon amie

Standard

Culpabiliser n’est plus à la mode aujourd’hui. Un pied de nez donné à notre héritage judéo-chrétien, à l’époque de nos grand-mères où l’on était une bonne mère qu’au prix d’un grand sacrifice personnel.
Les articles fleurissent sur la toile: “je culpabilise trop”, “je suis la reine de la culpabilité” (Oh pauvre de moi), et les blogs où les bouquins du genre “mauvaises mères” qui expliquent, souvent avec humour, que l’on n’est pas obligé de s’oublier soi-même pour être une bonne mère.
OK, mais là je crois que l’on penche vers l’extrême inverse.
L’épanouissement personnel est devenu tellement primordial que l’on ne supporte plus aucune contrainte. Mon conjoint me fatigue? Hop, je fais mes valises. Ma grand-mère perd la boule? Hop, dans un joli mouroir. Des enfants? Oui, mais je ne changerai rien à ma vie d’avant.
Ce que l’on prend pour de l’épanouissement est plutôt une satisfaction immédiate, un plaisir tout personnel, où l’on se prive, je crois, justement, d’aller vers l’autre, de créer du lien, et de profiter aussi des petites contrariétés que cela implique. Petites contrariétés qui, lorsqu’elles sont dépassées, apportent pour le coup le sentiment de grandir, d’avoir l’opportunité de travailler sur soi.

C’est vraiment une mode aujourd’hui de vouloir déculpabiliser. On se croit impertinent et original lorsque l’on prodigue un tel conseil. Eh bien je crois que la subversion aujourd’hui serait de se laisser culpabiliser un petit peu de temps en temps. Le sentiment de culpabilité, est une alarme intérieur, une gêne de l’âme qui nous indique que peut-être ce que l’on est entrain de faire n’est pas en adéquation avec nos valeurs. Peut-être que quelquefois on peut tendre l’oreille?

Sans revenir à l’époque de nos grand-mères, je crois qu’encore une fois on pourrait tenter de trouver un équilibre entre s’écouter et s’oublier soi-même.

Les premières années d’un enfant sont tellement décisives dans sa construction psychologique et affective que çà vaut bien le coup de délaisser un peu son propre nombril pendant quelques temps. Et même quelquefois on peut-être surpris par le lâcher-prise que cela procure. Détaché du dictat de l’épanouissement personnel à tout prix, on peut en venir paradoxalement à un sentiment de plénitude bien plus profond.

C’est beau ce que j’écris. Ca fait 5 minutes que ma fille me demande de lui lire un bouquin… tiens je me sens un peu coupable… Oh la la! pauvre de moi.